Nouvel An aux urgences à Avranches: une nuit de répit pour “ne pas péter les plombs”

The content originally appeared on: News Americas Now

Black Immigrant Daily News

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

“Ce sont des nuits comme celles-là qui nous permettent de ne pas péter les plombs”, lâche Catherine Victor, 39 ans, infirmière aux urgences du centre hospitalier Avranches-Granville (CHAG), quelques minutes…

“Ce sont des nuits comme celles-là qui nous permettent de ne pas péter les plombs”, lâche Catherine Victor, 39 ans, infirmière aux urgences du centre hospitalier Avranches-Granville (CHAG), quelques minutes après le passage à la nouvelle année.

Réunie dans la salle des médecins, l’équipe soignante se regarde, bras ballants: “on n’a jamais vu une Saint-Sylvestre aussi calme”. Renforcés d’une infirmière pour cette nuit traditionnellement mouvementée, les urgentistes d’Avranches n’auront finalement pas affronté l’agitation promise. 

Malgré la grève des généralistes, la “triple épidémie” hivernale (Covid, grippe et bronchiolite), et un système de santé à bout de souffle, le personnel des urgences a pu trinquer et se livrer aux embrassades de rigueur dans cette ville du sud de la Manche pour célébrer la nouvelle année dans un calme rare après de longs jours de galère. 

Une heure avant, pendant la pause cigarette avec cinq collègues devant la rampe d’accueil, “remplie de brancards il y a 48h” mais aujourd’hui déserte, Catherine faisait part d’une statistique inquiétante entendue dans la journée selon laquelle “un tiers” des infirmiers souhaiteraient quitter leur métier.

Le petit groupe acquiesce, ils connaissent les raisons de ce désamour.

“On renvoie les patients chez eux plus tôt à cause du manque de lits, tout le monde est débordé, le constat est unanime: ça se déshumanise à vitesse grand V, on est parfois à la limite de la maltraitance”, dénonce Emmanuelle Debost, 52 ans, infirmière en cardiologie depuis 28 ans, dont 23 dans cet hôpital.

Arnaud Joly, chef du service, rentre d’une intervention avec le SMUR, un arrêt cardiaque dont la victime, un homme de 50 ans, ne se relèvera pas.

Il accuse le coup avant de livrer son spleen: “A Avranches, on est en très grande difficulté en termes de ressources médicales, on manque de lits dans les étages, donc les patients des urgences restent aux urgences”.

En hospitalisation courte durée, il y a quatre lits aux urgences du CHAG, habituellement doublés en mettant deux patients par chambre. 

C’est loin d’être suffisant, selon M. Joly. “Jeudi pour huit lits nous avions trente patients, et ça c’est habituel, certains passent la nuit dans des salles de bain, dans les couloirs, notre quotidien n’est pas facile, ce n’est pas le bonheur sur terre”, ajoute-t-il.

“Cercle vicieux”

La crise du Covid a été la goutte d’eau pour beaucoup, entraînant “une vague de départs il y a deux ans”, déplore le chef de service. “On était tombé à quatre médecins alors qu’il en faudrait une quinzaine pour que le service tourne rond, aujourd’hui nous sommes six mais c’est un cercle vicieux, plus on manque de personnel plus c’est difficile pour ceux qui restent”. 

Passé le tri de l’accueil, Juliette, 94 ans, ricane sur son brancard des flatteries de l’ambulancier: “vos papiers disent que vous avez 94 ans, mais ce n’est pas vous ce n’est pas possible”. L’infirmière en rajoute: “Vous mettez de la crème de jour tous les matins?”.

“Non”, répond-elle, “mais j’embête les gens” par son admission au CHAG après une chute a priori sans gravité, et elle n’est pas prête de rentrer chez elle.

Avec les coupes budgétaires, le transport des patients peine aussi à s’organiser. Les arrivées se font de manière autonome, ou par le biais des pompiers, du SMUR ou d’ambulances privées.

Mais pour les scanners, les transferts interhospitaliers du secteur et les retours à domicile, dans l’ordre de priorité, il n’y a qu’un seul ambulancier privé. 

Résultat: sur les quatre patients déchargés à 18h, un homme était toujours en attente de transfert à une heure du matin.

mac/mb/jnd

Une soignante au service des urgences du Centre Hospitalier d’Avranches-Granville, dans la Manche, le 31 décembre 2022
• Lou BENOIST

Une soignante au service des urgences du Centre Hospitalier d’Avranches-Granville, dans la Manche, le 31 décembre 2022
• Lou BENOIST

Des soignants au service des urgences du Centre Hospitalier d’Avranches-Granville, dans la Manche, le 31 décembre 2022
• Lou BENOIST

NewsAmericasNow.com